Soft Power: «Les pouvoirs économiques et militaires importent aussi»

3 QUESTIONS - 2014 s'achève sur un bilan plutôt positif pour l'image de la France dans le monde. Aussi, nous avons voulu questionner ce rayonnement auprès de Joseph Nye, le théoricien de "la puissance douce" aujourd'hui professeur à Harvard. La France a-t-elle retrouvé une part de prestige en 2014?

nyejoseph

Joseph Nye est le théoricien américain qui a conceptualisé la notion de « Soft Power« , dans un livre du même nom*. Aussi, lorsque vous réussissez à joindre Joseph Nye, c’est entre deux conférences, chacune sur deux continents.

Néanmoins, il a accepté de nous livrer un regard furtif sur la France, consacrée en 2014 avec deux Prix Nobel. En 2010, il définissait la mondialisation en ces termes : « La mondialisation, c’est la croissance des interdépendances à des degrés intercontinentaux. Les liens s’établissent aujourd’hui plus rapidement et ils sont plus conséquents. »

Ses réponses ne réinventent peut-être pas l’image que l’on se fait de la France. Elles trouvent en tout cas un écho avec ce récent sondage révélant que seuls 59% des Français ont une image positive de la France (Institut CSA), et que la situation économique est une donnée essentielle, au-delà du prestige.

 

GN : Monsieur Nye, nous souhaitons faire un bilan du rayonnement de la France sur l’année écoulée. Pensez-vous que notre pays soit toujours influent d’un point de vue culturel ?

Oui, je le crois. La France a toujours une formidable influence culturelle et un « soft power ». La mode française, la cuisine et l’art sont mondialement reconnus. Il n’y a qu’à voir l’attention portée par la presse internationale sur l’ouverture de deux musée à Paris pendant ces derniers mois (le musée Pierre Cardin et le nouveau musée Picasso ndlr).

GN : Le fait de remporter deux Prix Nobel (Littérature et Economie) accroît-il aussi le « soft power » dans le monde?

Les prix Nobel sont effectivement vecteurs de Soft power. Que la France en ait remporté deux est remarquable. D’autant qu’ils détournent l’attention de la difficile situation économique qui fait les unes des journaux. Cela montre en réalité une autre vérité: si le soft power est important, la puissance économique et militaire le sont également.

GN : Pour finir, nous avons vu fin 2014 Netflix entrer sur le marché de la vidéo à la demande en France et proposer son catalogue de séries et de films. Est-ce aussi du soft power américain face aux créations françaises?

Netflix n’est pas le seul problème. La France a déjà montré par le passé qu’elle voulait faire face à l’expansion de Hollywood en créant des mesures spéciales pour protéger sa création. Mais l’efficacité de ces mesures dépend surtout de la compétitivité et de l’attractivité du cinéma français.

GN : Très bonnes fêtes à vous.

 

(traduit de l’anglais)

*Soft Power: The Means to Success in World Politics (2005)

crédit : Professor Joseph Nye, Chatham House

L'ACTU

"J’appartiens à une génération intermédiaire et je serais curieux de savoir comment les générations suivantes qui sont nées avec l’internet, le portable, les mails et les tweets exprimeront par la littérature ce monde auquel chacun est "connecté" en permanence et où les "réseaux sociaux" entament la part d’intimité et de secret qui était encore notre bien jusqu’à une époque récente – le secret qui donnait de la profondeur aux personnes et pouvait être un grand thème romanesque." (extrait du discours du Prix Nobel français Patrick Modiano, le 6 décembre 2014).

Lire Plus...

1 commentaire

  1. A l’heure du numérique, la notion de Soft Power inclut désormais les réseaux sociaux et les nouveaux géants de l’internet. Il serait bon que la France et l’Europe le comprennent, du moins autant qu’aux Etats-Unis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *