Un cours sur Skype pour faire tomber les murs des quartiers

VIDEO - Et si la lutte contre le déclassement de certains quartiers sensibles en France passait par des moyens modernes ? <-> Un court-métrage du Sundance Festival donne une formidable idée d'ouverture et d'échanges aux élèves des banlieues désœuvrées.

theworldskype

Une bouffée d’air frais et d’espoir, après les événements du début d’année en France. C’est ce que provoque le visionnage des 12 minutes à peine du documentaire diffusé sur internet intitulé « The World Is As Big Or As Small As You Make It » (littéralement : « Le monde est aussi vaste ou petit que la manière dont vous vous le représentez »). Dans ce court-métrage projeté fin janvier 2015 et financé par le Sundance Institute, du nom du festival de films indépendants, et par la Bill et Melinda Gate Foundation, des adolescents américains de la banlieue Nord de Philadelphie échangent et posent des questions par sessions Skype interposées à d’autres adolescents du monde entier.

« C’est quoi pour toi être heureux ? » « Es-tu victime du racisme ? » sont parmi les sujets que ces jeunes posent devant leur écran à leurs homologues du Nigeria, de Tanzanie, d’Ouganda, de New York, du Kazakhstan et… de France. Parfois perçus comme les rebus de la société ou comme des dangers aux yeux des grands médias, les ados deviennent ici des ethnologues en herbe ouverts sur le monde, sous la caméra des deux réalisatrices américaines Rachel Grady et Heidi Ewing.

Des lycéens du 93

Les jeunes français y occupent d’ailleurs une place particulière. C’est le lycée technologique Henri Wallon à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, qui a été choisi pour tenter l’expérience. Les questions posées par les lycéens français aux américains sont saisissantes : « Quelles sont tes origines ? », demande l’un d’eux à un jeune afro-américain de Philadelphie qui répond innocemment en chœur « de Phily, de la banlieue Nord ». Et le jeune francilien de le reprendre, insatisfait: « Non, je veux dire -tes vraies origines- ». Français et Américains sont aussi ravis de pouvoir partager leurs goûts artistiques.

« Je le conçois comme réutiliser ce qu’ils ont déjà, les ipad, iphone etc. », explique Sannii Crespina-Flores, artiste enseignante et fondatrice du projet Do Remember Me dont la mission est notamment de représenter autrement la jeunesse dans les médias.

De quoi donner des idées en France au « plan numérique pour l’école », qui doit justement doter les élèves de 5e de tablettes, ou aux « cours de morale et de civisme » qui arriveront dans les classes à la rentrée 2015. Quant aux jeunes des quartiers difficiles, ZEP, et autres sigles de l’exclusion, cette fenêtre sur l’ailleurs leur permet de ne plus voir leur monde comme figé et clos: «C’est un échange de possibilités », résume la fondatrice du projet dans le court-métrage.

Le film est également disponible sur Vimeo.

 

Crédit photo : capture « The World Is As Big Or As Small As You Make It », Vimeo.

L'ACTU

Le Premier ministre français Manuel Valls a proposé fin janvier "une politique du peuplement" pour les banlieues françaises afin de lutter contre "la ghettoïsation" de quartiers sensibles majoritairement habités par des immigrés. 200 quartiers ont été également choisis fin 2014 pour un nouveau "plan banlieue" doté d'une enveloppe de 5 milliards d'euros.

Lire Plus...

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *