Comment la Chine recrute en masse ses professeurs d’anglais sur internet

Les Français ne sont pas bien classés dans la maîtrise de l'Anglais. <-> La Chine met tout en oeuvre pour faire progresser le niveau de sa population, même dans les campagnes, et débauche des anglophones étrangers.

layschina

La Chine est en train de s’emparer de la langue de Shakespear. L’empire du Milieu offre d’ailleurs de très nombreux postes de professeurs d’anglais accessibles, même si, en tant que Français, ce n’est pas votre langue maternelle. Ces offres d’emplois sont bien plus nombreuses que celles de professeurs de français. Elles sont aussi très facile à trouver. Elles témoignent de l’engouement des chinois pour la langue anglaise. Les écoles se multiplient partout en Chine pour des élèves âgés de 3 à 99 ans. En outre, les autorités recrutent massivement des professeurs d’anglais occidentaux. Les offrent prolifèrent sur de nombreux sites tel que Eslcafe.com :

jobboard

Sur ce type de site on y trouve de nouvelles offrent tous les jours. Comment cela se déroule-t-il ensuite ?

Les entretiens via Skype sont rapides; ils durent rarement plus de quinze minutes. Les recruteurs contrôlent surtout votre accent et votre niveau de langue (pas besoin d’être bilingue). Les candidats doivent avoir au minimum 2 ans d’expériences (et pouvoir le prouver avec un certificat de travail) et avoir un casier judiciaire vierge. Néanmoins, il convient d’être très prudent pendant l’entretien, de nombreux points doivent être vérifiés. Mieux vaut que votre employeur prenne en charge votre appartement, les Chinois ont tendance à demander 3 mois de loyers d’avance et un mois de caution. Les loyers sont élevés dans les grandes villes telles que la capitale Pékin. Les salaires se décomposent selon plusieurs critères : votre expérience, vos diplômes, votre nationalité, le salaire de base et une allocation pour le logement. A cela s’ajouter le remboursement de votre billet aller / retour à la fin de votre contrat.

teachenglish

Point important, les offres contenants la mention « native only » sont exclusivement réservés aux Anglophones et postuler est inutile. Certaines villes, de par leur attractivité comme Hong Kong, Shengzheng, Guangzhou et Shanghai sont ainsi prises d’assaut par les « native ». Cela laisse donc le reste de la Chine y compris Beijing (Pékin) aux non « native ».

Un Visa non contrôlé sauf…

Pour obtenir un visa de travail en tant que professeur, il faut normalement avoir un diplôme de professeur. Mais à cause de la demande bien supérieure au nombre de professeurs dotés d’un certificat, les écoles sont dans l’obligation de recruter des professeurs sans expérience et sans diplôme de professeur. Le futur professeur obtient alors un visa de travail de type général qui officiellement n’autorise pas à enseigner. Comme les contrôles sont presque inexistants, les écoles prennent ce risque. Néanmoins, les candidats doivent absolument éviter les nouvelles écoles qui ouvrent dans des villes de campagne. Ces nouvelles écoles dérangent les autres écoles déjà installées. Et c’est là qu’apparaissent la corruption et les contrôles. Un bon moyen de mettre des bâtons dans les roues d’un concurrent en Chine consiste à payer un membre de la police pour qu’il aille faire un contrôle. De ce fait, ces nouveaux venus dans les villes de campagnes courent un grand risque, contrairement à une mégalopole comme Pékin où la multiplication des écoles élimine presque la probabilité de contrôle.

Au vu du très grand nombre de professeurs de langue en Chine, ces pratiques pour les visas sont courantes. Et cela représente une bonne opportunité pour ceux qui souhaite démarrer une carrière de professeur sans en avoir les diplômes. Ils pourront d’ailleurs les passer sur place, certaines universités nord-américaines proposent de les passer par correspondance ou en ligne et, dans certains cas sur une période assez courte entre un et six mois.

L'ACTU

Les Français sont les plus mauvais élèves d'Europe, quant à la maîtrise de l'Anglais, selon une étude réalisée par la société EF (Education First). Ils arrivent en 29e position (sur 63 pays testés dans le monde) de l'ICA (Indice de compétence en Anglais). Une place peu glorieuse, qui place la France loin derrière le Danemark 1er et les Pays-Bas 2e. Mais devant Taïwan et juste derrière... l'Indonésie. (midi-libre.fr)

Lire Plus...

1 commentaire

  1. Un visa chinois est un document nécessaire aux étrangers pour entrer en Chine. Il est sous forme de feuillet accolé au passeport, est une condition nécessaire à tout séjour en Chine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *