Laurent Petitmangin (Air France-KLM): «Les collaborateurs aux Pays-Bas sont attentifs à l’autonomie»

MANAGER - Citoyen du Mode : Globaliz propose une série de portraits d'entrepreneurs et de dirigeants qui ont dépassé leurs propres frontières. < Retour d'expériences vers l'Hexagone.

klm-cargo

Laurent Petitmangin est directeur Marketing & digital de de la branche Cargo du groupe Air France KLM. Auparavant, il exerçait les fonctions de Directeur Programme Client au sein d’Air France. Pour son dernier poste, il est basé depuis 2014 à Amsterdam où se trouve la branche Cargo.

Le groupe français, qui a présenté ses résultats pour le troisième trimestre 2017, a annoncé une hausse de 4% du trafic passager en octobre et de 1,2% en tonne-kilomètre transporté sur l’activité cargo. Récemment, la filiale B2B vient également de signer un partenariat avec son homologue China Southern Airlines Cargo pour étendre ses services en Chine côté français, et en Afrique pour le Chinois.


Globaliz – Quelles sont vos responsabilités?

LaurentPetitmanginLaurent Petitmangin, directeur marketing & digital : A l’agenda, mes priorités sont : refonte de nos produits, digitalisation de notre offre, développement de notre Customer Experience, et meilleure utilisation des données.

GN – Quelles sont les cultures personnelles et managériales qui vous ont formé?

Laurent Petitmangin: A une exception près, j’ai toujours évolué dans l’univers des services. Mon parcours s’appuie sur trois piliers qui se répondent parfaitement : la gestion de forces de ventes, le marketing et la transformation digitale d’Air France KLM. Le contexte d’Air France KLM (taille, multiplicité des segments de clients, …) rend cette transformation passionnante : comment proposer de nouveaux parcours à nos clients ? comment rendre nos collaborateurs acteurs et ambassadeurs de ces évolutions ?

GN – Quelle place occupe la dimension internationale au quotidien dans votre poste?

Laurent Petitmangin : Je travaille à Amsterdam pour 80% de mon temps et « commute » chaque semaine. Mon équipe est internationale. Notre langue de travail est l’anglais. Nos clients sont par essence internationaux. Nous leur proposons des solutions qui s’appuient sur une forte présence locale, des services centraux pour certains aspects (facturation, …) et une suite digitale que nous faisons progresser en permanence (une nouvelle version « release » par mois).

GN – Comment gérez-vous les différentes nationalités dans vos équipes?

Laurent Petitmangin : Nos équipes RH sont attentives à cet aspect et nous fournissent un support pour bien appréhender les différences culturelles (et les spécificités des contrats de travail Air France vs. KLM). Ceci étant, rien ne vaut des projets communs pour faire vivre l’aspect international.

GN – Quelle est la particularité du management du pays où vous travaillez?

Laurent Petitmangin : Les collaborateurs aux Pays-Bas sont attentifs à l’autonomie dans le travail. Ils n’attendent pas de leurs managers qu’ils sachent tout faire eux-mêmes ou qu’ils s’impliquent au jour le jour dans diverses tâches (comme on peut le voir assez souvent en France). Ils attendent de leurs managers une vision, des moyens donnés à l’équipe (ressources, budget, …) et un respect de l’équilibre général des contributions. Ainsi, les Hollandais semblent plus attentifs à ce que tout soit bien réuni (anticipation, préparation des dossiers, contributions respectives bien établies) pour que la vie du service soit la plus harmonieuse et efficace possible et que l’équilibre de vie soit ainsi préservé (pas de réunions tardives, possibilité de travailler à domicile, temps partiel, etc.).

AirFrance_cargo

GN – Les échanges immatériels et la mondialisation s’accélérant, à quoi va ressembler votre travail dans 10 ou 20 ans?

Laurent Petitmangin : Le travail de marketing sera de favoriser l’envie d’apprendre, de se questionner, de douter parfois. D’utiliser toutes les opportunités, toutes les associations pour dessiner de nouveaux modèles business et s’assurer évidemment que ces modèles soient plébiscités par les clients et les collaborateurs.

GN – Quels sont les bienfaits et les atouts de la mondialisation et de l’intensification des échanges?

Laurent Petitmangin : Une compagnie aérienne ne peut que se féliciter de l’intensification des échanges. Cette mondialisation nous pousse à être simples, convaincants dans le design de nos services, tout en restant proches des attentes particulières de chacun. C’est un beau challenge !

GN – A contrario, quels seraient ses risques?

Laurent Petitmangin : Je n’en identifie pas pour Air France KLM : Nous sommes profondément acteurs de ces échanges, nous les suscitons, nous les vivons à plein. La mondialisation est pénible quand on la subit, ce qui est tout le contraire chez nous.

 

Crédit: airfranceklm.com

Dans la même série : Romain Colin (Fubiz), dans le feu de la création

L'ACTU

Le transporteur aérien Air France-KLM a publié un résultat net part du groupe de 552 millions d'euros au titre du troisième trimestre 2017, en croissance de 1,5%, et un résultat d'exploitation de 1.022 millions, en hausse de 38,7%. Le chiffre d'affaires ressort à 6.205 millions, en croissance de 4,2% (+4,9% à taux de change constant), avec une amélioration du coefficient d'occupation de 1,6 point. (Boursorama.com)

Lire Plus...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *