“Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu” se heurte aux frontières du rire

La France continue de dérouler le tapis rouge au film "Qu'est ce qu'on a fait au Bon Dieu". Il a été interdit de diffusion aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Outre-atlantique et outre-Manche, on évoque du racisme à la française.

Le film de Philippe de Chauviron, “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu”, s’affiche à la tête des meilleurs films en langue française de 2014 avec plus de 12 millions d’entrées en France – deux fois plus que “Supercondriaque”, le numéro deux au box office français.

Mais ce ne sont que les Français qui ont adoré un film qui raconte l’histoire d’une famille bourgeoise, dont les quatre filles décident toutes d’épouser des hommes aux origines ethniques et aux religions différentes. Le film a franchit le cap des 5 millions d’entrées à l’international et il est entré dans le top 20 des plus grands succès en langue française à l’international depuis l’année 2000.

En Allemagne, “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu”, a été présent dans le top 3 hebdomadaire pendant plusieurs semaines et y atteint désormais 3,3 millions de spectateurs. Le film est aussi numéro 1 du box office annuel allemand en nombre d’entrées, devant les blockbusters américains. En Belgique le film compte déjà 420.000 entrées, en Autriche, 373.000 entrées, en Suisse Romande, 195.000 entrées, en Coree du Sud, 170.000 entrées, au Québec, 152.000 entrées, en Suisse Alémanique, 150.000 entrées et en Grèce, 126.000 entrées. Il commence à présent sa tournée sur les territoires scandinaves.

Rire des différences ethniques

Mais malgré son succès en France et dans plusieurs pays à l’étranger, le film a été jugé trop politiquement incorrect, et ne sortira donc pas ni aux États-Unis, ni en Grande-Bretagne. TF1 International, qui produit le film de Phlippe Chauviron, explique cette interdiction en rappelant que “jamais les audiences Anglophones ne se permettraient aujourd’hui de rire sur les Noirs, les Juifs ou les Asiatiques.”

Le magazine professionnel, Variety, qui est depuis plus de 100 ans la bible de l’industrie du cinéma américain, a vivement critiqué le film en disant qu’il contribuait à “la perpétuation des stéréotypes raciaux”.

En tant qu’Anglophone, j’était moi aussi choquée par le film quand je l’ai vu pour la première fois. Pour moi, le film était de mauvais goût, plein de clichés et basé sur des notions hautements racistes. Malgré un dénouement qui prône la tolérance, je me demande s’il n’y avait pas parmi les millions des spectateurs qui ont afflué pour regarder le film, une bonne partie qui étaient d’accord avec la réaction des parents des quatre filles.

De Chauviron lui-même réfutait l’accusation selon laquelle son film serait politiquement incorrect, en faisant remarquer que le film restait “une comédie bienveillante et respectueuse à l’égard de tout le monde”.

La bonne nouvelle, pour tous ceux qui ont aimé le film, est qu’une suite est prévue pour 2016.

Cinemachiffresoct

Box office du cinéma français dans le monde au mois d’octobre publié par Unifrance.

L'ACTU

Les rumeurs d'une adaptation américaine ont couru, mais rien de certain. Les droits pour produire un remake du film ont eux été acheté en Israël et en Italie.

Lire Plus...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.