Attaques terroristes: pourquoi la théorie du complot se propage

L'hypothèse d'un complot au sujet des attaques de janvier prospère sur internet. Elle s'ancre dans l'esprit de jeunes musulmans de part et d'autre de la Méditerranée.

Dès la sortie des vidéos de l’attaque meurtrière contre le local de Charlie Hebdo sur les réseaux sociaux, la théorie du complot est apparue dans l’opinion publique cybernétique, notamment parmi les plus jeunes particulièrement intrigués par l’arsenal militaire et la froideur des exécuteurs, ainsi que par l’insuffisance du dispositif sécuritaire pour un journal ayant déjà fait l’objet de sérieuses menaces terroristes.

La littérature du complot

Dans l’Antiquité, l’imaginaire du complot se manifestait à travers les tragédies et les mythes. C’est ainsi qu’Ulysse erra longtemps dans les mers à cause de la rancœur du dieu Poséidon. Dans les tragédies grecques, les complots politiques se tissaient au sein des palais. Quant à l’assassinat de Jules César, il relatait l’histoire d’un complot dont son fils adoptif fut l’un des acteurs. Au moyen-âge, les sociétés secrètes étaient accusées de tentatives de renversement du pouvoir royal. On accusait également les sectes de comploter contre l’Eglise catholique, les « sorcières » et les communautés juives de répandre les maladies et les catastrophes naturelles. Plus tard, circulait l’idée selon laquelle la révolution française était l’œuvre de la Franc-maçonnerie, des Templiers et des Illuminati.

L’avènement de l’époque postmoderne n’a pas enterré pour autant la théorie du complot. Aussi, certains chefs d’Etat et une partie de l’opinion publique ont aujourd’hui recours à la théorie du complot pour tenter d’expliquer une situation difficile ou bien un événement inquiétant.

Les jeunes tunisiens musulmans et français cherchent les coupables

La tuerie de Charlie Hebdo peut être considérée comme l’un des événements les plus dramatiques de l’année 2015. Les Tunisiens ont vécu, avec les Français, un « mercredi noir » dans lequel dix-sept personnes ont été abattues de sang froid dont des caricaturistes de renommée internationale. Selon l’auteur français Raoul Girardet, en présence d’un fait tragique, l’imaginaire collectif se met à échafauder des scénarios dans la tentative d’expliquer l’inexplicable et d’apaiser les inquiétudes. Ces scénarios sont généralement argumentés par des preuves qu’on ne peut ni confirmer ni réfuter, mais qui constituent un moyen de rendre l’hypothèse crédible. La théorie du complot sert ainsi à donner des fragments de réponse à des interrogations afin de calmer les angoisses résultant d’un événement traumatisant.

Dans cette optique, le jeune public français et tunisien paraît plus sensible à la théorie du complot car elle fascine son esprit plus ouvert à l’imagination. Du coup, la scène de l’attentat contre Charlie Hebdo révélerait des « bizarreries » et des « incohérences » et la tuerie devient l’œuvre des services secrets français, de la CIA ou bien du Mossad israélien qui veulent, entre autres, porter atteinte à l’image de l’islam et des musulmans. La théorie du complot peut donc exprimer une forme de déni collectif dans la mesure où certains jeunes musulmans n’arrivent pas à admettre que d’autres musulmans puissent commettre un acte aussi odieux.

Pourquoi la théorie prospère

Outre les facteurs psychologiques, l’une des premières causes de propagation de la théorie du complot est « l’ignorance » et le flou qui entoure l’événement dû à l’insuffisance des éléments. Quelques médias contribuent aussi à alimenter les suspicions comme la presse, Internet et les réseaux sociaux.

Par ailleurs et dans la tentative d’éclaircir la notion de complot, le philosophe américain Noam Chomsky voit dans sa théorie une surenchère de fantasmes et une incompréhension des stratégies de domination, il dit dans son livre « Comprendre le pouvoir » : « Pour chaque décision de planification dans la société, des gens se réunissent et tentent d’utiliser tout le pouvoir dont ils disposent pour parvenir à un résultat, disons que ce sont des « complots ». Cela signifie que presque tout ce qui se passe dans le monde relève du complot. Si le conseil d’administration de General Motors se réunit pour décider quel type de voitures ils vont fabriquer l’année suivante, c’est du complot. Toute décision commerciale ou éditoriale est un complot (…). Evidemment, tout ça n’a aucun intérêt : toutes les décisions impliquent des gens ».

En ce qui concerne la tuerie de Charlie Hebdo, le conspirationnisme est parfois poussé à l’extrême. Certains jeunes internautes tunisiens et français vont ainsi jusqu’à démentir la mort du policier Ahmed Merabet car il n’existerait pas de traces de sang. Dans ce cas, il faudrait déterminer qui est le premier responsable de telles perceptions : est-ce le gouvernement français qui ne communique pas efficacement avec l’opinion publique et ne délivre pas tous les détails de l’affaire ? Est-ce les TIC qui permettent la connexion entre les internautes tunisiens et français et l’échange des théories, ou bien, est-ce une partie des médias francophones satellitaires qui invitent des experts implicitement ou explicitement partisans de la théorie du complot* ? Ou est-ce une partie de la mentalité collective française qui est largement manipulable et qui se laisse facilement guidée par les discours conspirationnistes ?

Recherches et prévisions de recherche du terme “complot” en France, Google Trends.

Google Trends.

Google Trends.

 

 

 

Comparaison des prévisions et recherches entre “complot” et “conspiracy” : 

Google Trends

Google Trends

 

Crédits: rytc Fes – a city of satellite dishes

L'ACTU

Selon le ministère de l'Education nationale, 70 établissements (sur 64.000) ont déclaré avoir connu des perturbations : des sifflets ou des protestations de la part d'élèves, lors de la minute de silence dédiée aux victimes des attentats. (RMC-BFMTV)

Lire Plus...

4 commentaires

  1. Bla-bla-bla….ceux qui nous sortent leur théories sont les politiques et médias.
    Ce sont eux les vrais responsables de la désinformation.
    En lisant votre article, c est étrange le parallèle que je faisais justement avc ceux qui croient à la version officielle .
    Des lors que nous sommes un peu cultivés, on se rend vite compte que la réalité des médias et aux antipodes de ce qu il se passe vraiment.
    Je vous invite à vous renseigner auprès de journaliste indépendant, de politologue , au lieu de vous documentez sur les réseaux sociaux, et de vous faire passez comme sérieux en utilisant des références, que je serai curieux de vérifier

  2. Pingback: Une vision "sauvage" et "violente" de la liberté d'expression - GlobalizNow

  3. Cher Alex, en donnant la parole à des individus du monde entier, en enrichissant le débat avec l’étranger, nous espérons apporter notre (humble) pierre à la lutte contre la désinformation dont vous parlez très justement. Le plus sérieusement possible, oui.

  4. Très intéressante analyse !
    Personnellement, j’en retiens (et ceci n’a rien de réjouissant) que beaucoup de jeunes français (et manifestement de jeunes tunisiens) se sentent assez rejetés, dénigrés, (haïs ?) au point de penser que nous “complotons” contre eux. C’est-à-dire contre leurs croyances (idéaux).
    Donc pour répondre à la première question : Qui est responsable ? Une réponse possible est : nous. Nous qui n’avons pas su, pas pu ? pas voulu ? créer une relation faite de respect, de tolérance, d’écoute…
    Le mépris et l’arrogance (auxquels ni la politique ni les médias n’échappent) sont des violences faites à l’humain alors évidemment ensuite, “l’ardoise” à payer peut être lourde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.